Créée en collaboration avec Liv Mathilde Méchin, artiste et directrice artistique, cette série nous parle de cette zone indéfinie et figée entre deux opposés, symbolisée par l’idée d’allumer et d’éteindre, voir versus ne pas voir. Elle nous emmène dans nos propres contradictions et de part son intention narrative ouvre ce dialogue nécessaire à ce que nous voulons voir. Ou pas.
Comme un clignement des yeux. Ce qui est apparu par la lumière, et ce qui a disparu par la mise au noir.
En référence à un kaléidoscope, au maintien de la mémoire où les images défilent parfois sans rapport, mais produisent cet enchaînement des contraires. On pense alors tout un coup au défilement des diapos. A ce bruit qui remplace.
La photographie, quant à elle, signifie cette alternance dans l’immobilité. Ce qui apparaît et ce qui disparaît : un fil tendu et tenu dans cet espace immobile et silencieux.
Le temps n’est plus. En photographie, l’alternance est annulée. Elle devient un événement de la découverte. Grâce à la série et à la juxtaposition des images, les photographies ouvrent la possibilité de cette errance entre le réel, le cinématographique et le pictural. Le mélange des trois façonne cet ensemble dissonant :
Saccadé, alterné, arrêté Exposé / caché Éteint / allumé
La création à partir des contraires. Les contradictions se développent au cœur du noir et de la lumière.
Back to Top